top of page

NON, VOUS N’ETES PAS VOS OMBRES

Ce n’est pas parce que vous traversez vos ombres que vous êtes devenus vos ombres et n’êtes plus que vos ombres.

La plus grande difficulté lorsque l’on est confronté à ses ombres est de ne pas se confondre avec elles. Se confondre avec ses ombres, c’est prendre le risque de voir s’effondrer complètement l’estime de soi et de s’engouffrer dans la pente glissante de la dépression.

Vos ombres sont des parts de vous qui ont manqué d’amour et ont besoin d’être éclairées pour être réhabilitées.

A un niveau supérieur, ombre et lumière ne font qu’un.

Rencontrer ses ombres sur le chemin, c’est le plus grand cadeau que vous puissiez vous faire sur un chemin d’évolution. Ce  n’est pas en restant centré sur ses facettes les plus lumineuses que l’on évolue, c’est au contraire en osant aller visiter ses parts d’ombre, - la plupart du temps bien enfouies - que l’on se donne l’opportunité de grandir, grandir en humilité, grandir en conscience.

Vous êtes déjà grand et bien courageux d’oser ce regard lucide. Votre plus grande force, - et peut-être votre plus grande lumière, - pourrait bien justement d’avoir osé entrer dans le tunnel au lieu de rester à la surface des choses.

Alors n’ayez plus peur de vos ombres, si vous êtes plongées dans certaines d’entre elles, gardez toujours ce fil directeur qu’elles ne sont pas vous mais la manifestation d’un besoin accru d’amour dans ces zones marécageuses.

Pensée du 10 juillet 2024, Diane Sourcière

Posts récents

Voir tout

FOI ET NON SAVOIR

Le plus dur dans l’expérience d’incarnation est peut-être de ne pas savoir. La moindre des spiritualités, aussi peu dogmatique soit-elle, repose sur un certain nombre de croyances considérées comme vé

TOUT A APPRENDRE DE ET DANS LA MATIÈRE

Nous n’avons pas à apprendre du monde spirituel, nous avons tout à apprendre de la matière. Si nous sommes des êtres spirituels venus faire une expérience terrestre, c’est que nous savons déjà tout du

LA JOIE D’ÊTRE

Parfois, il te faut te dépouiller pleinement de tous les oripeaux que la vie t’a fait porter pour aller chercher au fond de toi ce qui est l’essence de ton être : la joie pure. Pensée du 12 juillet 20

Comments


bottom of page