top of page

ET SI ON ARRÊTAIT D’ÊTRE CE QUE L’ON FAIT ?

Combien de fois pouvez-vous exprimer votre être au lieu de votre faire dans notre société? Et quelle confusion vit-on dans les conversations lorsque l'on souhaite parler de soi, parle-t-on de soi ou du faire? De ce que l'on a fait dans une journée qui n'est pourtant pas ce que nous sommes? Remarquez dans la langue française, lorsque nous nous présentons nous disons : "je suis médecin, je suis enseignant". Non, nous pratiquons le métier de médecin, enseignant. Nous ne le sommes pas. Le lundi matin, au retour de périodes de congés, les collègues nous interrogent sur ce que nous avons fait de notre week-end, de nos vacances, autrement dit sur comment nous avons rempli notre emploi du temps... comme si notre raison d'être sur cette planète était de remplir un emploi du temps. Et en même temps, les mots manquent pour dire que nous n'avons rien fait de spécial, mais que nous avons été intensément nous pendant cette période.

Et si nous commencions à répondre à ces questions par : "j'ai cultivé intensément qui je suis" ?

Pensée du 10 janvier 2019

Posts récents

Voir tout

LA DURÉE OU L’INTENSITE DE LA VIE ?

Ce qui compte ce n’est pas la durée de votre passage sur Terre mais l’intensité avec laquelle vous vivez ce passage. Vous pouvez vivre 100 ans et ne pas avoir vécu un seul instant de présence sur Terr

Lâcher prise et foi

Le lâcher prise est moins la volonté du mental de vouloir tout contrôler que la manifestation d’un manque de foi, d’une perte de repères dans la foi ou d’une perte de sens. Voilà pourquoi toutes les t

LA PUISSANCE DE L'EXEMPLARITE

Il n'y a rien de plus puissant qu' un homme qui s' aligne et se positionne. Par son exemple, il peut inspirer 300 000 à faire de même. Ne négligez jamais la force de l' exemplarité. Nous vivons des te

コメント


bottom of page